Wild vs Into the wild : paysages et introspection

Bonjour à tous et à toutes !

Je vais aujourd’hui vous parler de deux films que j’aime beaucoup, et si vous les avez vus, vous ne serez pas surpris que je les traite ensemble de la sorte. Wild et Into the wild sont des adaptations cinématographiques de livres à propos d’histoires vraies de voyage qui, comme nous allons le voir, ont de nombreuses similitudes, même à première vue. Les livres d’origines ont été écrits par Jon Krakauer pour Into the wild, et Cheryl Strayed elle-même pour Wild, livre autobiographique. Si vous ne les avez pas vu, foncez, vous lirez cet article après, je ne voudrais pas vous gâcher le plaisir !

Films Wild Into the Wild

Résumés

Wild est sorti en janvier 2015 et a été réalisé par Jean-Marc Vallée (qui a notamment réalisé Dallas Buyers Club) selon le scénario de Nick Hornby. L’actrice principale est Reese Witherspoon, elle incarne le personnage de Cheryl Strayed. « Strayed », comme un chien errant, nous dit le personnage. Et c’est ce qu’elle semble être au début du film : en quelque sorte abandonnée, résolument paumée. Elle décide donc que sa manière à elle de se retrouver et se reconstruire, c’est dans le défi, l’expérience douloureuse d’un parcours du combattant : le Pacific Crest Trail, une randonnée de 1700 km traversant les Etats-Unis du Sud au Nord en partant du Sud de la Californie pour remonter jusqu’à la frontière canadienne.

Into the wild vous est peut-être plus familier. Réalisé par Sean Penn en 2007 et mettant en scène Emile Hirsch, il retrace le parcours de Christopher McCandless (dit Alexander Supertramp, surnom qu’il s’est attribué lui-même) qui a décidé de tout plaquer du jour au lendemain pour aller vivre d’autres expériences. En effet, lassé de sa vie et à la recherche de simplicité, d’aventure et de liberté, il part sans prévenir. Cette nouvelle vit se dessine au contact de la nature et des rencontres humaines non artificielles, pour expérimenter ensuite la vie seul en Alaska.

Similitudes entre les deux films

  • L’aspect marche solitaire, tout d’abord, est bien sûr la première similitude frappante, qui peut nous amener à comparer les deux films avant même de les avoir vus. Les deux personnages ont quelque chose à rejeter de leur vie actuelle alors ils s’en vont, ils marchent. Ils veulent se retrouver et ils partent le faire dans la nature, à l’état sauvage. Chacun recherche l’introspection et l’émotion, même si leur objectif n’est pas forcément le même, en tout cas tous deux cherchent un remède dans l’immensité de la nature, une sorte de thérapie.

Into the wild alaskaWild

  • Déjà, ce sont deux histoires vraies, ce qui est un autre point commun. Mais elles datent également de la même époque, les années 1990 : déjà qu’on ne peut s’empêcher de faire le lien au vu des histoires, cela les rapproche également. Sans être inspiré l’un par l’autre, les personnages originels de ces histoires vraies appartiennent en tout cas à la même génération.
  • La nature est l’élément central de ces deux films, outre les personnages. On ressent plus cet aspect dans Into the wild, qui illustre l’impuissance de l’homme fasse à la grandeur de la nature, mais Wild n’est pas en reste et Cheryl Strayed se retrouve également bien embêtée (dans une moindre mesure) devant les obstacles qui se dressent devant elle.
  • Cheryl Strayed et Christopher McCandless ont tous deux un fort attachement à la littérature. Lui lit et cite volontiers Léon Tolstoï, Henry David Thoreau et  Jack London. Elle aime également la littérature, d’ailleurs dans les carnets de bord disséminés tout au long de son parcours elle copie des citations d’auteurs, entre autres Emily Dickinson, avec qui elle partage l’autorité en signant aussi de son nom. Les flashbacks montrent son snobisme entre matière de goût littéraire vis-à-vis de sa mère, même si elle finit par lire les livres de celle-ci également. Les scènes où les personnages lisent et le fait qu’ils citent régulièrement les auteurs qu’ils affectionnent montre bien la place que la littérature occupe dans leur vie ; et avec les points précédemment cités et celui-ci, on peut faire un portrait robot des deux personnages qui se recoupe en certains points !

wild livre

into the wild livre 2

Différences

  • La ressemblance entre les deux personnages n’empêche pas de les voir distinctement. Tous deux surprennent par leur objectif, mais Cheryl Strayed toujours un peu plus par le simple fait qu’elle est une femme : cela surprend les personnages qu’elle rencontre étant donné que très peu de femmes font cette randonnée, alors qu’après tout pourquoi pas !
  • La majeure différence n’est pas celle de leur genre, mais le fait que la marche soit une sorte d’étape purgatoire pour Cheryl : tout est bien qui finit bien dans le dénouement du film, lorsqu’elle atteint le pont et que la voix off nous laisse entrevoir la suite heureuse de sa vie, quand le destin de Chris est plus tragique.

wild fin

  • Ce deuxième point est lié au fait que, dès le départ, leur objectif n’était pas le même : lui abandonne tout, brûle ses papiers, son argent… ce qui ne laisse pas présager de retour (même si celui-ci n’était pas impossible). Pour Cheryl Strayed en revanche, il est clair que c’est une étape de sa vie, une renaissance peut-être, après laquelle elle veut retourner vivre sa vie. On voit par exemple qu’elle reçoit des nouvelles et des colis de son ex-mari et de sa meilleure amie, ce qui n’est pas le cas pour Chris McCandless, parti sans prévenir et sans donner d’adresse. Elle ne veut pas quitter le monde, elle n’a pas réellement de difficulté à survivre, ça fait toute la différence. Et ça se confirme par les lettres de son amie et ses « tu sais que tu peux abandonner quand tu veux ». Même si ça n’est pas son objectif d’abandonner, cela ponctue la randonnée de l’idée que c’est une étape provisoire, quelle que soit sa durée.

Le duel

  • L’interprétation de Reese Witherspoon rend Wild fort en émotion, la douleur est filmée très précisément et sans trop en faire, c’est ce qui m’a fait apprécier ce film, outre le thème qui marche toujours avec moi ! J’ai personnellement eu beaucoup d’empathie pour le personnage et l’ai trouvé très bien interprété. Into the Wild 0 – 1 Wild

wild douleur

  • Les paysages: les décors des deux films sont superbes, ce qui  est assez attendu dans des films sur les routes nord-américaines. Néanmoins, je les ai trouvés bien plus mis en avant dans Into the wild, où les plans larges sont nombreux et bienvenus. Jean-Marc Vallée a pris le parti de jouer sur les flashbacks tout au long du film, pour nous montrer ce que Cheryl cherche à exorciser, à vaincre. Pourquoi pas, mais je les ai trouvés trop omniprésents malheureusement, ce qui a empêché de se concentrer totalement sur l’instant présent, et entre autre sur ces décors. Into the Wild 1 – 1 Wild

into the wild

  • La musique d’Eddie Vedder, c’est quand même une partie de l’âme d’Into the wild, et la bande originale de ce film me suit depuis de longues années. Un manque d’objectivité sur ce point peut-être ? C’est mon avis en tout cas, mais je rappelle que le vôtre est totalement le bienvenu dans les commentaires de cet article, n’hésitez pas ! En tout cas, Into the Wild 2 – 1 Wild

Allez, une petite chanson d’Eddie Vedder, c’est cadeau !

A vrai dire je pourrais probablement continuer comme ça, mais il est clair qu’Into the wild est un film que j’affectionne plus. Néanmoins, je dis surtout cela parce qu’il me faut choisir, et même si je m’attendais à mieux sur certains points, je suis quand même contente d’avoir découvert Wild récemment ne serait-ce que par le superbe jeu d’actrice de Reese Witherspoon. Mention spéciale également à la rencontre avec le petit garçon, qui réhausse le niveau des rencontres de la jeune femme et nous donne une scène chargée d’émotion qui m’a beaucoup touchée. Je ne sais pas encore si je lirais le livre mais j’y songe. Bref, j’ai apprécié Wild et vous conseille de le regarder si nous ne l’avez pas encore vu et que vous aimez ce genre de films !

Mais Into the wild, j’adore. Les rencontres y sont aussi plus belles, pures et désintéressées, ce qui participe à la beauté du film. Et surtout, c’est un film beau, et qui ne porte pas les marques de la symbolique qu’on y voit au départ : ce n’est pas un film cliché sur le rejet du matérialisme mais un parcours individuel touchant, sans morale même si beaucoup semblent lui en chercher une. A voir ou à revoir, de même que le livre dont il est inspiré ! 

Et vous, quel est votre avis sur ces deux films de voyage ? N’hésitez pas à donner votre opinion dans les commentaires !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

5 réflexions sur “Wild vs Into the wild : paysages et introspection

  1. J’ai lu ton article en diagonale pcq j’avais peur des spoilers :p Je suis en train de lire « Sur la route » de Jack Kerouac et il est fort probable que je lise ces deux livres dans un futur proche! Les films, ce sera plus tard!
    Ça a l’air très bien en tout cas. J’adore ce genre de livre qui me fait vivre des aventures incroyables!!

    J'aime

  2. Je n’ai pas encore eu l’occasion de voir Wild, mais Into the wild m’avait beaucoup marqué. Un film puissant dans bien des domaines !
    Les road movie ont toujours été bien plus qu’une simple histoire de voyage, c’est une vrai renaissance et j’affectionne particulièrement ces films pour ça. Alors j’attends de voir Wild avec impatience.

    J'aime

  3. Une interprétation magnifique, beaucoup de justesse. Un film pas moralisateur. De la belle musique, une voix off intelligente. Tout sonne juste et vrai. J’adore Into the Wild.
    Je n’ai pas vu Wild, envie maintenant de le découvrir grâce à vos commentaires.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s